Genealogie Quebec

PROJET ADN GÉNÉALOGIE QUÉBEC - PRDH DNA PROJECT
  • 1460 members

About us

Profil des chercheurs actifs au Projet :

Researchers' Profiles:

 

Luc Baronian (co-administrateur), professeur agrégé à l'Université du Québec à Chicoutimi, détient un B.Sc en mathématique de l'Université de Montréal et un Ph.D. en linguistique de l'université Stanford.  Ses publications professionnelles touchent entre autres à la dialectologie française d'Amérique, ainsi qu'à la dialectologie arménienne.  Dans ce contexte, son intérêt pour la généalogie et la démographie des populations l'amène à se questionner sur les corrélations qui existent entre transmission culturelle et transmission génétique.  Dans le cadre du projet Généalogie Québec en particulier, il s'intéresse aux sous-groupes régionaux de la population québécoise et aux origines non françaises détectables.

 

Luc Baronian (co-administrator), Associate Professor at the Université du Québec à Chicoutimi, holds a B.Sc. in Mathematics from the Université de Montréal and a Ph.D. in Linguistics from Stanford University.  His professional publications are concerned with, among other things, North American French dialects and Armenian dialects.  In this context, his interest for genealogy and population demography brings him to investigate potential correlations between cultural transmission and genetic transmission.  Within the Généalogie Québec Project in particular, he focuses on regional subgroups of the Québec population and on the detectable non French origins of the said population.

 

 

Marielle Côté-Gendreau (co-administratrice) possède une maîtrise (M. A.) en démographie de Princeton University. L’expertise développée au fil de contrats professionnels et d’études en linguistique, statistiques et informatique (McGill) ont fait d’elle une personne ressource pour les outils informatiques en généalogie. Plusieurs contrats de recherche l’associent notamment au Programme de recherche en démographie historique de l’Université de Montréal. Cette chercheure s’intéresse à l’évolution des phénomènes démographiques et sociaux dans l’histoire et s’est récemment démarquée comme jeune chercheuse étoile pour des travaux portant sur la prénomination au Canada français. Marielle poursuit des études de doctorat en démographie à Princeton University aux États-Unis.

Marielle Côté-Gendreau (co-administrator) is a Ph.D. student in Population and Social Policy at Princeton University. She holds a BA in Linguistics with minors in Statistics and Computer Science from McGill University. She has worked for several years as a research assistant in the Research Program in Historical Demography at the University of Montreal, which focuses on population reconstruction and vital record linkage. Her research interests include intergenerational transmission of sociodemographic characters such as propensity to migrate, age at first marriage, and final descendance in either historical or contemporary contexts.

 

Né en 1954, Claude Crégheur (co-administrateur, MGA et président de la Société de généalogie de l'Outaouais) a fait des études en chimie analytique. Il a travaillé en laboratoire d'analyses chimiques pour le gouvernement duQuébec, principalement pour le Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation au laboratoire d'expertises et d'analyses alimentaires. Son parcours en généalogie a commencé très jeune alors qu’il s'interroge sur l'origine de son patronyme. Voilà donc plus de 50 ans que M. Crégheur mène des recherches et il compte aujourd’hui plusieurs publications en histoire et en généalogie, dont le Dictionnaire sur les souches allemandes et scandinaves au Québec paru en 2013. M. Crégheur est impliqué dans la société historique de sa région et la généalogie par ADN le passionne plus particulièrement depuis qu’on peut facilement réaliser ces tests à faibles coûts.

 

Born in 1954, Claude Crégheur (co-administrator, MGA and president of the Société de généalogie de l'Outaouais) studied analytical chemistry. He worked in the Chemical Analysis Laboratory for the Government of Quebec, mainly for the Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation at the Food Analysis and Assessment Laboratory. His career in genealogy began at a very young age when he questioned the origin of his surname. For more than 50 years, Mr. Crégheur has been conducting research, and he now has several publications in history and genealogy, including the Dictionnaire sur les souches allemandes et scandinaves au Québec, published in 2013. Mr. Crégheur is a director in the Outaouais genealogy society. He is particularly passionate about DNA genealogy since it is easy to carry out these low-cost tests.

 

 

Pierre Gendreau-Hétu (administrateur) est linguiste et possède une scolarité de doctorat (1999) de l’Université de Montréal. Originaire de Québec, M. Gendreau-Hétu s’intéresse de façon générale à l’histoire de la Nouvelle-France, par le biais des données génétiques plus particulièrement. Il cherche ainsi à valoriser la généalogie au moyen des puissantes avancées de la génomique. Intéressé par l'onomastique, domaine dans lequel s’inscrivent également ses recherches scientifiques, ce chercheur indépendant explore la généalogie par ADN depuis 2011. M. Gendreau-Hétu a co-administré le projet FrenchHeritage DNA dès 2012 et fondé en 2016 les projets Québec ADN. Cette expérience culmine avec le Projet Généalogie Québec, qui jouit d'un partenariat avec le PRDH-IGD et permet ainsi à la recherche en généalogie génétique de s'intégrer aux travaux universitaires. M. Gendreau-Hétu présente ses travaux en Amérique du Nord et en Europe, par le biais d'articles, de chapitres de livres et de chroniques. Il donne également des conférences et des ateliers, dans le cadre universitaire autant que pour un large public. La recherche par triangulation des signatures ADN ancestrales conduit aussi M. Gendreau-Hétu à collaborer avec les associations de familles et les sociétés de généalogie motivées par l'identification scientifique des fondateurs de l'Amérique française.

 

Pierre Gendreau-Hétu (administrator) studied linguistics at the Université de Montréal, where he completed his doctoral exams in 1999. Born and raised in Québec City, Mr. Gendreau-Hétu’s relevant interests run from family to population history, notably through the lens of genetic data. His research seeks to enhance genealogy as an academic discipline through genomics’s powerful advances. Also active in the study of names, this independent researcher has been exploring since 2011 the use of genetics to understand surnames in history. Mr. Gendreau-Hétu was named co-administrator of the French Heritage DNA Project in 2012 and founded the Quebec DNA Projects in 2016. This experience culminated in 2021 with the creation of the Genealogie Quebec Project, a new level of research that benefits from a learned framework. This latest project's highest standards are best illustrated by the partnership with Université de Montréal’s PRDH. Mr. Gendreau-Hétu presents his work in North America and Europe, through journal articles, book chapters and chronicles. He also gives lectures and workshops, within the university framework as well as for larger audiences. The triangulation of ancestral DNA signatures also led Mr. Gendreau-Hétu to collaborate with family associations and genealogical societies motivated by the scientific identification of the founders of French America.

 


Éric Kavanagh
(co-administrateur) est professeur titulaire à l'Université Laval (École de design) à Québec. Son enseignement et sa recherche portent principalement sur le design d'information et les facteurs humains. En tant que linguiste, il s'intéresse particulièrement à l'étymologie indo-européenne ainsi qu'à l'histoire et à la situation du français québécois. Ses intérêts en généalogie (documentaire et génétique) concernent plus spécifiquement la région de la Minganie (Côte-Nord) et les régions d'origine de ses habitants (Gaspésie, Acadie, Îles Anglo-Normandes, Irlande de l'Ouest, Pays basque, etc.).

 

Éric Kavanagh (co-administrator) is full professor at Laval University (School of Design) in Quebec City. His teaching and research focus mainly on information design and human factors. As a linguist, he is particularly interested in Indo-European etymology as well as in the history and situation of Quebec French. His interests in genealogy (documentary and genetics) relate more specifically to the region of Minganie (North Shore) and the regions of origin of its inhabitants (Gaspé Peninsula, Acadia, Channel Islands, Western Ireland, Basque Country, etc.).

 

 

Victorin Mallet a été professeur de chimie de l’environnement au département de chimie de l’Université de Moncton à partir de 1971. Il a également occupé plusieurs postes cadres durant sa carrière, dont celui de doyen. Il a pris sa retraite au rang de professeur titulaire en 2005. En 2007, l’Université de Moncton lui accordait le titre de professeur émérite en chimie. Depuis sa retraite du monde universitaire, il a consacré plus de temps à des intérêts personnels, la généalogie notamment. Il s’est attardé dans un premier temps à son ancêtre paternel François Mallet, pêcheur, mort noyé à l'entrée du havre de Grande-Rivière en 1752. Cet ancêtre avait pour épouse Marie Madeleine Larocque, une métisse de la baie des Chaleurs. Les résultats de cette recherche ont été publiés (Les Métis Acadiens de la baie des Chaleurs, 2010, 264 p.). La situation des Métis de l'est du Canada a commencé à faire des vagues vers 2010. À cette époque s’est posée la question de l’existence d’une communauté métisse historique dans l'Est du Canada. Des recherches au sujet des Métis de la baie des Chaleurs avaient déjà mené Victorin Mallet à la conclusion qu'il y avait bien eu une communauté métisse historique autour de la baie des Chaleurs. Des travaux additionnels ont produit de nouveaux résultats qui ont aussi fait l’objet d’un livre (Évidences de communautés métisses autour de la baie des Chaleurs, 2016, 469 p.). On croit encore souvent que les origines amérindiennes sont douteuses en raison de l’absence de preuves documentaires telles que des registres de baptêmes ou de mariage. Or il est maintenant possible d'obtenir des preuves d’origines amérindiennes à partir de tests d'ADN. La généalogie génétique est un domaine en expansion qui a retenu mon intérêt.

Beginning in 1971, Victorin Mallet was chemistry professor at Université de Moncton. He retired in 2005 as full professor. He also occupied several administrative appointments during my career, dean of faculty among others. In 2007, he was recognized as Professor Émeritus in chemistry by the same institution. Following his retirement, he spent more time studying genealogy. Particularly, he located the birthplace of his Mallet ancestor born in France, who came to the Gaspé peninsula as a fisherman, married a local aboriginal woman and settled in the area. This ancestor later drowned while fishing. The results of this research were published in a book (Les Métis Acadiens de la baie des Chaleurs2010, 264 p.). Around 2010, the Métis of Eastern Canada question was beginning to assert itself. In those days, the historical existence of Métis in eastern Canada was still denied. Considering that his previous research had shown the existence of a Métis community in the Bay of Chaleurs area, he continued his research in this field. As a result he published another book on the subject (Évidences de communautés métisses autour de la baie des Chaleurs, 2016, 469 p.)The proof of aboriginal lineage based on existing historical document such as church registers is often inconclusive due to a lack of evidence. However, DNA testing complemented with genealogical lineage is a tool that may yield positive results and this booming field of study has since  kept Victorin Mallet’s interest.

 

Audrey Waltner (co-administratrice) a toujours été fascinée par les origines physiques et ethnologiques. Ses études se sont entamées avec un baccalauréat français en histoire européenne et langues, suivi d’un diplôme universitaire en anthropologie physique et en linguistique, et finalement d’une maîtrise en santé publique. Sa carrière s'est concentrée sur la gestion, l’intégrité, et l'analyse de données médicales et de santé publique. Elle a finalement pris sa retraite en tant qu’épidémiologiste au Département de santé publique de Dutchess County, NY. Ses recherches généalogiques ont débuté avec l’étude de ses ancêtres maternels remontant au 17e siècle en France. L’ADNmt a toutefois révélé de son ancêtre matrilinéaire qu’elle est l’une des matriarches métisses de Gaspésie. Audrey collabore avec plusieurs experts (notamment Victorin Mallet) et se concentre sur les triangulations ADNmt ainsi que les origines des populations métisses dans la région de la baie des Chaleurs et de la péninsule gaspésienne. Le territoire d’intérêt couvre le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse, incluant l’île du Cap-Breton, et s’étend à Terre-Neuve, ainsi qu’aux îles anglo-normandes.

 

Audrey Waltner (co-administrator) has a lifelong passion for the study of our physical and ethnological heritages, starting with a French Baccalaureate in European history and languages, followed by a Bachelor’s degree in physical anthropology and linguistics, ending with a Masters in Public Health. Her career has focused on data management, integrity, and analysis in the medical and public health fields, eventually retiring as epidemiologist of the Dutchess County NY Health Dept. Her genealogy research started with her French Canadian mother’s ancestry back to early 17th century France, leading to the discovery via mtDNA testing that her matrilineal ancestor is a Gaspe métis matriarch. Audrey collaborates with various genealogy experts, notably Victorin Mallet, focusing on mtDNA triangulations and the origins of metis populations in the Chaleurs Bay area of the Gaspe peninsula, extending into New Brunswick and Nova Scotia, and out to Newfoundland, the Channel Islands and Cape Breton.